Coachella, l’envers du décor d’un festival devenu mythique

Alors que l’édition 2022 vient de s’achever ce 24 avril, le festival Coachella aura encore une fois réuni des centaines des milliers de festivaliers sur les 6 jours d’événement, après deux années marquées par la pandémie de Covid-19. Réunissant des stars internationales telles que Harry Styles, Lizzo, Billie Eilish, Khalid ou encore le groupe italien Maneskin, vainqueur de l’Euro Vision en 2021, ce rassemblement devenu incontournable depuis quelques années maintenant, connait cependant une part d’ombre.

Des débuts dans l’opposition 

Pearl Jam : c’est le point de départ de ce qui deviendra Coachella. Le groupe de rock des années 90, qui fait partie des plus populaires de l’époque pour avoir porté le mouvement grunge aux côtés de Nirvana entre autre, organise avec le promoteur Paul Tolett un concert et se produit devant 25 000 personnes sur le site de l’Empire Polo Club dans une démarche d’opposition au groupe de billetterie Ticketmaster. Ce concert, qui a beaucoup fait parler, se présente comme l’élément déclencheur de ce projet d’une grande envergure, aujourd’hui considéré comme l’un des plus gros festivals électro – le deuxième derrière Tomorrowland en Belgique, selon un classement réalisé en 2015 par Viagogo – et désigné comme étant le meilleur festival au monde par le magazine Rolling Stone depuis plus de 10 ans.

Après un échec total de la première édition 1999, le festival est tout de même reporté deux ans après et a connu une évolution fulgurante les années qui ont suivi. Il regroupait à l’origine des têtes d’affiche issues du mouvement Indie rock avant d’étendre ses différentes scènes – 8 au total – au rap, à la pop, au rock et à l’électro avec un panel de participants allant des plus reconnus tels que les Rolling Stones, Daft Punk ou encore Snoop Dogg, aux artistes indépendants en plein essor.

En 2017, l’événement a permis de générer près de 114 millions de dollars, et pour cette année 2022 qui marque le retour des concerts et festivals, près de 125 000 personnes étaient attendues chaque jour. 

Photo de Wendy Wei sur Pexels.com

Le lifestyle by Coachella

Lorsque l’on pense Coachella, les lunettes et les couronnes de fleurs sont dans le Top 5 des connotations liées à cet événement. Entre deux scènes, il est possible de s’éclipser pour voir une exposition d’œuvres d’art ou de prendre de la hauteur sur la fameuse grande roue qui surplombe l’ensemble du site. Toute cette ambiance est aujourd’hui synonyme d’un réel mode de vie qui fait également office de vitrine pour les influenceurs de plus en plus nombreux à s’y rendre chaque année. 

Avec des vêtements bohèmes et « hippie-chic » à n’en plus pouvoir, le festival se transforme tous les ans en immense défilé et à la course à la tenue la plus remarquable. C’est finalement ce dont on parle et débat le plus sur les réseaux sociaux, avant même d’évaluer la performance des artistes, de quoi permettre aux professionnels de ces réseaux de gagner en e-reputation en se démarquant des autres. Coachella est aujourd’hui pour « voir et se faire voir » bien plus que pour apprécier la musique qui s’y joue, et se hisse finalement au rang des événements surmédiatisés, voire superficiels. 

Ces dernières années, on parle tellement plus de Coachella pour la mode que pour la musique, que H&M a même lancé une collection dédiée au défilé, euh, au festival. »

Les Inrockuptibles
Photo de imustbedead sur Pexels.com

La tâche noire en 2016 

Un succès oui, mais qui fait également de l’ombre au tableau idyllique que vend ce festival. Si Coachella illustre au premier abord le lifestyle du festival par excellence, le laisser aller à l’américaine et la « cool vibe », il n’est pas sans oublier que les prises de position de son propriétaire, Philip Anschutz, 41ème fortune américaine, viennent cacher un instant la frénésie qui émane des amateurs de ce rassemblement et des personnalités présentes.

crédit : girondins4ever.com / Philip Anschutz

Homme d’affaires milliardaire et conservateur revendiqué, Phil Anschutz est PDG d’Anschultz Entertainment Group (AEG), l’un des plus grands groupes de production d’événements sportifs, musicaux et de divertissement – propriétaire et gestionnaire du Staples Center ou encore de l’équipe de basketball des Lakers. En parallèle, Phil Anschultz est propriétaire de journaux et magazines conservateurs tels que The Weekly Standard, et de Golden Voice, la société qui organise entre autre le festival Coachella. 

En 2016, le Washington Post dévoile une liste des « Ennemis de l’égalité » en mettant en lumière les donateurs des organisations anti-LGBT et conservatrices, dans laquelle apparaît le nom du Président d’AEG.

Si cette situation a entrainé le boycott du festival par le mannequin Cara Delevingne, il n’en demeure pas moins que d’autres personnalités et artistes, pourtant soutiens de la cause LGBTQ+  et habitués à dénoncer certains rassemblements et personnalités politiques, soient chaque année annoncés en tête d’affiche et performent lors de l’événement. L’appât du gain peut être une des raisons pour lesquelles la plupart des stars ne refusent pas une apparition à Coachella, comme si la somme touchée allait changer considérablement leur niveau de vie. Le magazine Rolling Stone a communiqué en 2014 le montant empoché par les plus gros artistes du festival ; un montant pouvant aller jusqu’à 4 millions de dollars. Cette année, le chanteur The Weeknd aurait notamment touché 8,5 millions de dollars en remplaçant Kanye West, ce qui ferait de lui l’artiste le mieux payé de toute l’histoire du festival.

En plus de toute cette controverse sociale, nombreuses sont les personnes qui pointent également du doigt le festival – au même titre que tous les rassemblements de cette envergure – pour son impact sur l’environnement. Entre déplacements en avion pour de longs courriers et dégradation de l’espace sur lequel il prend place, il s’agit de toute une organisation qui nécessite une logistique énorme, coûteuse et bien évidemment non sans impact à long terme sur la planète avec plusieurs tonnes de Co2 émises chaque année. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :