Tous en tribunes… mais on y reste !

Depuis le début de la saison, l’univers des tribunes françaises connaît des débordements très souvent évitables, qui nuisent au mouvement « ultra » et au football que l’on apprécie, celui avec des stades remplis, des chants vibrants, des drapeaux agités et du beau jeu sur le carré vert. Bref, le football que l’on a retrouvé depuis quelques semaines, avec le retour du public dans les stades.

(Pour rappel, le public était interdit – ou restreint – dans les enceintes sportives suite aux mesures gouvernementales liées à la crise sanitaire).

Mais à présent, et ce à chaque journée ou presque, la France du foot s’insurge contre des incidents constatés dans des stades. A Nice, les images des supporters aiglons envahissant la pelouse et s’en prenant à des joueurs marseillais ont fortement marqué les esprits. Le week-end dernier, 1200 Lillois étaient présents à Lens, dans le cadre du Derby du Nord, cela représentait quelque chose de fort quand on connaît les habitudes préfectorales concernant les matchs dits à « haut risque ». Là aussi, des incidents, d’abord entre le parcage lillois et la tribune à côté, composée de familles, d’enfants. Ça dégénère quand une poignée de supporters de la tribune Marek envahissent la pelouse pour s’en prendre aux visiteurs, ils sont rapidement repoussés par la police. 

Ces tristes événements doivent être analysés avec justesse et une certaine prise de recul sur la gestion des supporters en France depuis une dizaine d’années. Il ne faut pas tomber, selon moi, dans la “facilité” en interdisant tous les déplacements de supporters, comme le réclame Daniel Riolo. Après de longs mois de rencontres à huis clos, les fans sont particulièrement heureux et enthousiastes à l’idée de retrouver les amis, les tribunes et les déplacements. 

Toutefois, la question de la responsabilité doit être mise sur la table, les individus qui commettent des dégradations, des incidents, desservent la cause pour des instants qui durent quelques secondes ou quelques minutes. Ces personnes pensent une seconde au travail monumental de l’Association Nationale des Supporters ? Elle, qui par l’intermédiaire du dialogue, essayent depuis plusieurs années de faire avancer les choses, face à des instances souvent à côté de la plaque en matière de gestion.

Selon moi, une raison qui fait que les esprits de chacun sont tendus, qui n’enlève rien au fait que les incidents qui interviennent soient évidemment condamnables et n’ont rien à faire sur des terrains/tribunes, est la répression subie par les supporters, et plus précisément le mouvement ultra depuis des années. Je m’explique, quand un préfet décide d’interdire un déplacement pour un Lyon-Saint-Etienne, sous prétexte qu’il s’agit d’un derby et que le risque d’incident est avéré, il ne permet pas aux forces de l’ordres, aux stadiers, d’encadrer et de gérer le déplacement. Pendant trois saisons, le préfet réitère la décision. L’année suivante, il accepte quatre cents Stéphanois à se déplacer à Lyon, dans des conditions drastiques. Forcément, après trois ans sans avoir fait face au rival de toujours, chaque supporter aura une pression supplémentaire, chacun sera dans l’envie de marquer le coup, par rapport au caractère exceptionnel de l’événement. C’est humain, cela fonctionne avec tout. Du côté des policiers et des stadiers, il est fort probable qu’ils soient rapidement dépassés si des incidents se déclenchent car ils n’ont pas eu l’habitude de gérer des matchs sensibles. 

Le fiasco de l’EURO 2016, organisé en France, avec Marseille devenue capitale du hooliganisme européen, en est l’exemple le plus criant.

Pour la saison 2018-2019, plus de cent matchs ont fait l’objet d’un arrêté préfectoral d’interdiction totale ou partielle de déplacements de supporters.

L’ANS dénonçait alors dans un communiqué, “ces mesures privatives de libertés ne sont en réalité qu’une solution de facilité des préfets pour démissionner de leurs devoirs républicains.”

La question des sanctions fait aussi débat. Je trouve incompréhensible et contre productif de sanctionner collectivement une tribune ou un stade entier pour quelques dizaines d’individus. Il s’agit une nouvelle fois, d’une solution de facilité, très souvent utilisée par les instances. De nos jours, avec les images qui abondent, il est largement possible d’extraire les individus afin de les poursuivre. Les sanctions collectives frustrent les personnes qui n’ont rien fait, qui se sentent stigmatisées et reléguées au même rang que les fauteurs de troubles.

Le climat est délétère, la situation s’est aggravée ce mercredi 22 septembre avec les affrontements survenus à Angers entre fans locaux et marseillais, sans oublier le guet-apens dans lequel s’est retrouvé un bus de supporters bordelais, se rendant à Montpellier. Chaque histoire est une arme de plus dans l’arsenal des préfets qui risquent d’être de plus en plus sévères dans les prochaines semaines. 

A l’heure où le football a repris ses droits, il est dommage que des scènes que j’ai évoquées ternissent l’image des supporters auprès du public lambda, ou même du grand public, lui qui entend parler des supporters seulement à l’occasion d’incidents. Certains médias n’hésitent pas à affirmer que la France est un pays d’une violence inouïe, que les supporters français devraient prendre exemple sur les voisins européens. Mais, depuis le début de saison, des incidents ont aussi été constatés ailleurs en Europe, notamment en Angleterre.

La nuance reste essentielle quand on évoque des thématiques si complexes.

Alors, que nos tribunes continuent de faire ce qu’elles font de mieux, c’est-à-dire produire des ambiances exceptionnelles, dans le cadre d’une Ligue 1 qui reçoit des louanges chaque week-end. 

Puis, parce qu’il y a bien plus important que le foot dans la vie, nous adressons une pensée particulière au supporter marseillais décédé sur le retour d’Angers, dans la nuit de mercredi à jeudi, ainsi qu’à ses proches.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :