L’arbitrage vidéo, une justice utopique ?

Depuis quelques années, le VAR, de son nom complet Vidéo Assistant Referee est omniprésent dans le football, le sport le plus populaire et le plus regardé de la planète. L’arbitrage vidéo disposait de détracteurs bien avant sa mise en place, à commencer par Michel Platini lorsqu’il était à la tête de l’UEFA. Depuis son instauration, beaucoup ont changé d’avis sur la vidéo dans le foot, en passant du pour au contre. Encore ce week-end, les débats et contestations autour de la vidéo furent importants.

crédit : Flickr / Photo by Peter De Voecht / Photonews

Comment a t-il pu être possible de faire croire au monde du foot, des entraîneurs aux joueurs en passant par le public que le VAR allait révolutionner le football dans le bon sens. Pire, affirmer qu’avec le VAR les erreurs manifestes d’arbitrages seraient toutes corrigées. Que le ballon rond ne connaîtrait plus de scandale comme la célèbre main de Maradona lors du Mondial 1986. Des scandales qui font d’ailleurs très souvent partie de l’histoire du foot.

En effet, après plusieurs années d’arbitrage vidéo il n’est pas irrationnel ou complètement hors du temps de dire que cela ne fonctionne pas. En tout cas, on est loin, très loin du formidable outil annoncé. Ses détracteurs qui reprochent au VAR de dénaturer le plus beau sport au monde, de totalement déresponsabiliser les arbitres, de n’offrir qu’une utopie de justice, de tuer l’émotion et l’aspect humain ont chaque semaine, match après match, action après action des exemples qui vont dans leur sens. Montrant que leur position n’est pas si irrationnelle que ça.

Dans son excellent ouvrage nommé  Arbitrage vidéo : Comment la FIFA tue le foot, Jacques Blociswewski affirme que :

« Le culte omniprésent de la technologie, le pouvoir de la télévision et le règne de l’image, l’absence d’analyses sérieuses et reponsables sur l’avenir du football ont abouti à la situation présente. Le var n’a rien à voir avec l’esprit de ce sport »

J.Blociswewski

Pourtant, les instances et les défenseurs de la vidéo disent que l’image c’est la vérité, que la technologie c’est le progrès. Vraiment ? C’est en partie vrai mais il ne faut pas oublier que rien ne vaut la réalité du terrain. Faire confiance aux décisions prises par les arbitres, qu’il est bon de rappeler sont des professionnels. Ce ne sont pas des machines et quand ils se trompaient, avant le VAR on disait que l’erreur était humaine. Maintenant, impossible avec cette aide précieuse et parfaite, parait-il. 

Ce week-end, les stades ont encore été le théâtre de situations ubuesques, allant complètement à l’encontre de l’esprit du jeu. L’Angleterre qui est au coeur de polémiques liées au VAR depuis plusieurs semaines a vu l’équipe de Leeds être privée d’une égalisation sur le terrain de Crystal Palace. Après une belle action et une passe sublime de Klich, Bamford marque un but magnifique suite à un appel très intelligent. Les joueurs fêtent le but puis se replacent. 

Quelques minutes après, le jeu tarde à reprendre car l’action est visionnée par le VAR pour une possible position illicite. Le révélateur affirme que Bamford est hors-jeu pour quelques millimètres à cause de son bras tendu. Honte à lui, il a tendu le bras pour faire un appel et être servi. But invalidé pour une raison surréaliste. Comment concevoir que cette situation est raisonnable, que  justice a été rendue. Surtout que le révélateur pour le hors-jeu est imparfait, impossible pour ce dernier d’être juste à 100% concernant le départ du ballon. Leeds s’inclinera finalement 4-1. 

Quelques heures avant, dans la rencontre opposant Everton à Manchester United, le défenseur mancunien Maguire tacle de manière très violente Digne dans la surface de réparation. Le français est au sol, il semble énormément souffrir. Logiquement, c’est penalty et carton rouge. Mais, Everton n’obtient rien. Certes, il y avait hors-jeu mais comment c’est possible avec ce fameux progrès technologique qu’on puisse ne pas revenir sur le tacle et sanctionner le défenseur anglais? Incompréhensible. 

Tout comme lors du derby de la Mersey entre Liverpool et Everton. Un hors-jeu contre les joueurs de Klopp est signalé, encore une fois ce dernier se joue à quelques millimètres. Mais, un autre scandale intervient et fait parler. Pickford, le gardien d’Everton réalise une sortie hasardeuse sur Van Dijk avec une véritable agression à la clé. Résultat, le joueur sort sur blessure et sa saison est terminée tandis que Pickford n’a reçu aucune sanction. On cherche la logique, une nouvelle fois.

En France aussi, l’arbitrage vidéo fait parler. Malheureusement, c’est souvent de manière négative. Lors de la rencontre entre Nîmes et Angers, un hors-jeu est signalé par l’arbitre assistant contre Angers. Joueurs nîmois et angevins s’arrêtent. Même Bahoken, balle au pied qui tire de dépit face à un Reynet statique. 

Les nouvelles règles poussent les arbitres à laisser jouer les actions, au cas ou. C’est très risqué car des blessures peuvent arriver lors de ces actions qu’on laisse jouer. Pas de chance pour les Nîmois, le but est valable et l’arbitre central l’indique après de longues, très longues minutes de flottements. 0-3 pour Angers. Incompréhension totale de part et d’autre. C’est donc ça le football d’aujourd’hui et de demain.

Des arbitres dépourvus de toute responsabilité. L’assistant a pris un risque, il devait être sur de lui mais l’homme a été rattrapé par la cruauté de la machine. Un imbroglio, un jeu arrêté pendant de (trop) nombreuses minutes et un but gag validé. Sacré progrès technologique.

Autre cas de figure, toujours avec Nîmes aux Costières, face à Strasbourg lors de la saison 2018-2019. Un scénario unique, qu’on pensait impossible. Avec le VAR, rien d’impossible. 

Strasbourg mène 0-2, contrôle le match et inscrit un troisième but, qui semble sceller les derniers espoirs gardois. Sauf qu’au départ de l’action, une faute est commise contre un Nîmois, l’arbitre après avoir consulté le VAR annule le but alsacien et offre un coup-franc à Nîmes. Le foot nous donne un nouveau scénario improbable avec la réduction de l’écart qui a lieu sur ce fameux coup-franc. Avec le VAR c’est possible de passer de 0-3 à 1-2. Pire, au bout du temps additionnel les Crocodiles reviennent au score grâce à Savanier. Inespéré. Cruel pour Strasbourg.

Après le match, l’entraîneur de Nîmes, Bernard Blaquart  reconnaît d’un ton assez surpris “Si Strasbourg ne marque pas, l’arbitre ne revient pas à la faute et on reste donc à 0-2. C’est ça qui est étonnant.” La magie de l’arbitrage vidéo monsieur Blaquart. Ce dernier a comme beaucoup d’acteurs du football changé son fusil d’épaule par rapport à ce sujet épineux. Au début il s’en réjouissait, puis au fil des mois il s’est montré de plus en plus réticent au vue des nombreuses incohérences.

Aujourd’hui on fait une confiance aveugle aux images, à des ralentis ayant l’ambition de remplacer la réalité d’une action à vitesse réelle et on enlève la quasi totalité de la responsabilité dont dispose les arbitres, eux qui sont si souvent critiqués. Les exemples évoqués montrent que l’outil est très mal utilisé et qu’il ne réduit en aucun cas les débats, les scandales. Parfois il en ajoute même. Que dire des émotions ressenties par les supporters et les joueurs lors d’un but marqué qui sont désormais supprimées à cause de quelques millimètres et d’une image ne reflétant pas la réalité de manière irrévocable. On pense notamment aux joueurs et fans de Manchester City lors du ¼ de finale de Champions League en 2019 contre les Spurs. Un triste dénouement.

Je ne mplains jamais de l’arbitrage… ils méritent du respect pour les bonnes décisions et de la considération lorsqu’ils commettent une erreur. L’arbitre est un collègue des deux équipes. Sa tâche est très difficile. c’est la tâche la plus difficile qu’il y a dans le football. Si nous le comprenons, nous l’aidons ».

Marcelo Bielsa à propos des arbitres

Des paroles qui respirent la sagesse et la bienveillance, c’est malheureux que les instances qui dirigent le football n’ont pas eu la même approche. La machine est lancée et tous les amoureux du ballon rond sont conscients qu’elle ne s’arrêtera pas…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :